Cinéma

« Arrietty », un film de Hiromasa Yonebayashi

Nouvelle production du studio Ghibli, Arrietty, le petit monde des chapardeurs nous emmène sous le plancher d’une vieille maison de la banlieue japonaise, entourée d’un vaste jardin. C’est là où vivent Arrietty et ses parents, trois petits chapardeurs qui n’empruntent aux humains qu’en petite quantité, de sorte que les habitants de la maison ne s’en aperçoivent pas. Dans ce monde miniature, les règles de survie sont simples : il faut se méfier du chat Mia, éviter les rongeurs, et surtout ne pas se montrer aux êtres humains au risque de devoir déménager. Pour cette petite famille, tout se passe pour le mieux jusqu’au jour où l’arrivée de Sho dans la maison, un petit garçon malade venu se reposer avant une grave opération, et sa rencontre avec Arrietty vont bouleverser à jamais leur existence.

Depuis la création du studio Ghibli en 1985, Hayao Miyazaki et Isao Takahata sont passés maîtres dans l’art de l’animation japonaise au cinéma. Chaque nouveau film est un véritable enchantement et Arrietty, le petit monde des chapardeurs n’échappe pas à la règle. Dès les premières minutes, le spectateur est plongé dans un univers onirique, comme une ode à la nature où chaque séquence du film est un moment de poésie douce, bercée par les musiques de la compositrice française Cécile Corbel. Le rythme calme et lent auquel Miyazaki nous a habitué depuis ses premiers films se retrouve ici avec le film d’animation de Hiromasa Yonebayashi. Une dimension originale pour un film d’animation qui fait aujourd’hui la marque de fabrique du studio Ghibli. A une époque où ce genre cinématographique s’essouffle dans un rythme effréné,  Arrietty, le petit monde des chapardeurs se distingue des autres parce qu’il prend le risque de se poser, de s’arrêter un instant. Un moment suspendu, rare au cinéma, propice à la réflexion et l’introspection dans une société qui ne prend plus le temps de s’interroger.

Car, au-delà des images, Arrietty, le petit monde des chapardeurs est une invitation à la méditation sur le respect de l’autre, des minorités, et de la place de chacun dans un monde en évolution constante. Le film de Hiromasa Yonebayashi est un long-métrage humaniste sur la tolérance. Malgré quelques raccourcis trop rapides comme l’évocation de la destruction de la nature par l’homme à un moment où le spectateur s’y attend le moins, Arrietty, le petit monde des chapardeurs tient toutes ses promesses, notamment celle de nous enivrer. Une vraie réussite.

Partager la chronique :

Laisser un commentaire