Cinéma

« Au premier regard », un film de Daniel Ribero

Au cœur de la ville de São Paulo, Leonardo (Ghilherme Loboest un adolescent âgé de quinze ans, aveugle depuis la naissance et qui aimerait pouvoir s’émanciper de la (sur)protection presque obsessionnelle de sa mère à son égard. Accompagné de sa fidèle amie Giovanna (Tess Amorim), Leonardo envisage de quitter son pays natal dans le cadre de ses études et d’un échange universitaire à l’étranger. Mais l’arrivée en cours d’année d’un nouvel  élève, le sémillant Gabriel (Fabio Audi), va progressivement remettre en cause les certitudes de Leonardo et les fondements qui le définissaient jusqu’à présent et l’unissaient à sa meilleure amie.

Présenté pendant la 64ème édition de la Berlinale et récompensé du Prix de la Critique et du Teddy Award, Au premier regard est le premier long-métrage du réalisateur brésilien. Daniel Ribero dresse le portrait d’un jeune homme qui découvre son orientation sexuelle au moment de ses premiers émois amoureux. Un thème plus que éculé au cinéma mais qui prend ici une tonalité différente avec la cécité du jeune adolescent et son désir de devenir plus indépendant. Car le film dépasse la question du simple coming-out et de l’acceptation de l’orientation sexuelle par les proches. Preuve que les mentalités et les mœurs ont évolué, Au premier regard élude rapidement la question et s’intéresse davantage à la découverte par un adolescent aveugle de sa propre sexualité et de ses sentiments amoureux.

Une idée simple mais réussie grâce à une photographie léchée, une bande originale soignée (de David Bowie à Schubert en passant par Belle & Sebastian) et une narration étudiée. Le réalisateur brésilien installe progressivement une ambiance à la fois douce, légère et résolument optimiste comme la personnalité de Leonardo incarnée avec brio et sincérité par le jeune acteur Ghilherme Lobo. Au premier regard est une comédie romantique sensible sans prétention et un premier essai transformé.

Partager la chronique

Laisser un commentaire