Cinéma

« Bambi », un film de Sébastien Lifshitz

Avant de devenir Bambi, artiste mythique des cabarets parisiens dans les années 50-60, Marie-Pierre Pruvot s’appelait Jean-Pierre. Elle est née ainsi, femme dans un corps masculin. Bambi a grandi dans l’Algérie des années 30 à l’époque où le mot « transsexuel » n’existait pas encore, où la notion de genre pouvait encore moins se comprendre qu’aujourd’hui dans une société sexiste marquée par les valeurs traditionnelles et un fort patriarcat.

Mais au cours de son adolescence, alors que l’envie d’être femme grandit et se heurte aux injonctions normatives de son entourage, Marie-Pierre découvre le spectacle de travestis du Carrousel à Paris. Ce sera pour elle une révélation, l’endroit rêvé où elle pourra enfin exister, mener la vie qu’elle souhaite et être ce qu’elle est sans avoir à craindre le regard des autres. De son enfance au Maghreb à sa titularisation comme professeure de lettres au collège Picasso de Garges-lès-Gonesse, on découvre ainsi le parcours hors du commun de Marie-Pierre grâce à son témoignage et au travail introspectif qu’elle a commencé depuis plusieurs années avec la publication de neuf ouvrages déjà sur son histoire de vie.

Bambi est un documentaire rare car, en plus de donner la parole à une personne transsexuelle qui a vécu les bouleversements d’avant et d’après-guerre du XXème siècle, il sonde aussi tous les questionnements douloureux auxquels la jeune femme a été confrontée au cours de son existence à l’instar de la transformation de son corps (de la prise des hormones à l’opération en passant par le changement d’état civil et les conséquences sociales qui en découlent).

Un an après Les Invisibles (2012) et trois avant Les Vies de Thérèse (2016), Stéphane Lifshitz signe avec Bambi un film original, à la fois percutant et sensible mais sans aucune sensiblerie malgré les problématiques qu’il soulève tout en évitant l’écueil anecdotique du témoignage. Car ici la verve de Marie-Pierre, son courage et sa manière précise de maîtriser le mot, le verbe et l’ironie pour raconter son parcours personnel rendent le documentaire de Lifshitz passionnant.

Bambi a d’ailleurs été récompensé par le Teddy Award du meilleur film documentaire lors de la Berlinale en 2013.

Partager la chronique

2 commentaire(s)

    • Tout le plaisir est pour moi ! Je vous conseille aussi les deux autres documentaires de Lifshitz (« Les Invisibles » et « Les Vies de Thérèse ») qui sont tout aussi passionnants !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :