Cinéma

« Bright Star », un film de Jane Campion

bright_star

Présenté en sélection officielle lors du 62ème Festival de Cannes en 2009, Bright Star était reparti les mains vides de sa compétition avec Le Ruban blanc de Michael Haneke (Palme d’Or cette année-là), Un Prophète de Jacques Audiard ou encore Antichrist de Lars Von Trier. Une déception, voire une injustice car il s’agit probablement du film le plus abouti de Jane Campion.

Bright Star retrace les dernières années de la vie du jeune poète britannique John Keats (Ben Whishaw) et de sa relation amoureuse et méconnue avec sa voisine Fanny Brawne (Abbie Cornish) à Hampstead, un faubourg au nord de Londres, au début du XIXe siècle. Le titre du film a d’ailleurs été inspiré par un poème écrit par Keats à Brawne sur la page de garde de son recueil d’œuvres de Shakespeare. « J’ai lu une biographie de Keats écrite par Andrew Motion et j’ai été frappée par le moment où il rencontre Fanny. Je suis tombée amoureuse de leur histoire d’amour. J’étais fascinée et profondément émue par leur souffrance et par la beauté et l’innocence de leur amour. Le livre m’a bouleversée. Ils étaient si jeunes » raconte Jane Campion au moment de la sortie du film en salles.

De la difficulté de restituer l’atmosphère d’une époque et la vie d’un personnage aujourd’hui célèbre sans tomber dans un académisme historique et désincarné, la réalisatrice néo-zélandaise s’en tire remarquablement. Bright Star est une ode au romantisme dans sa définition la plus stricte, une ballade lyrique et mélancolique à travers les poèmes de John Keats et les sentiments de Fanny Brawne. Chaque plan est soigné et travaillé, d’un raffinement et d’une beauté exceptionnelle. Le long-métrage de Jane Campion recevra d’ailleurs le BIFA (British Independant Film Award) de la meilleure photographie en 2009.

« La poésie de Keats a inspiré toute la structure de l’histoire du film. Certains de ses poèmes ont été écrits sous forme d’odes, d’autres sous celle de ballades, et je me suis mise à réfléchir à l’histoire de Fanny et de John comme à une ballade, une sorte de poème narratif » précise la réalisatrice.

Bright Star est un film à la fois délicat et intense qui traite avec brio le sentiment amoureux dans toute sa complexité ; un film qui finalement ne se raconte pas avec des mots mais se ressent avec des émotions à l’instar de celles éprouvées par le jeune couple.

Partager la chronique

Laisser un commentaire