Musique

« Cusp », le nouvel album folk d’Alela Diane

Alors que l’hiver touche à sa fin et que le printemps pointe timidement le bout de son nez, Alela Diane nous fait le plaisir de revenir sur le devant de la scène musicale en ce début d’année glacial avec un cinquième album personnel (déjà !) sorti le 9 février dernier chez Allpoints. De quoi réchauffer nos âmes endolories !

Depuis Cold Moon (un disque enregistré en collaboration avec le compositeur et guitariste Ryan Francesconi en 2015), la chanteuse américaine a mis au monde son deuxième enfant. Sur son site web, elle revient sur cet événement qui a bouleversé à la fois sa vie personnelle et sa carrière musicale. Dans le monde de la musique, la maternité reste un tabou : « Fais un bébé si tu veux. Mais pour l’amour de Dieu, n’écris pas de chansons sur ça ! » résume-t-elle de façon laconique. « C’est comme si vous aviez perdu soudainement le charme de votre jeunesse. Dans l’industrie musicale, il n’y a pas beaucoup d’espace pour les femmes de 30 ans qui ont des enfants et qui veulent faire de la musique. On peut peut-être créer cet espace » écrit Alela Diane.

Si cet album est autant marqué par le thème de la maternité c’est parce que la chanteuse américaine a failli perdre la vie en donnant naissance à sa fille : « Je ne me suis jamais sentie aussi reconnaissante d’être en vie comme je le suis maintenant […] Parler et chanter sur l’expérience de maternité n’est pas quelque chose que je peux éviter car c’est l’essence même de ce que nous sommes en tant qu’êtres humains ».

Alela Diane peut d’ailleurs se rassurer sur ce manque d’espace dans le domaine musical : au fil des années, avec son talent, ses albums et ses concerts donnés à travers le monde, elle a su trouver son public et créer son propre éther. Elle, qui est née à Nevada City en Californie dans une famille de musiciens écolos, a grandi dans une communauté hippie et été bercée dès son plus jeune âge par la musique folk, nous séduit encore aujourd’hui avec des chansons du même acabit à la fois sobres, originales et mélancoliques. Extraits.

Partager la chronique

Laisser un commentaire