Musique

« Depression Cherry » : le spleen estival de Beach House

depression_cherry_beach_houseLa sensation est une impression étrange : souvent changeante, incontrôlable et volatile, elle évolue constamment au gré de nos humeurs, du moment de la journée ou du temps qu’il fait. L’été par exemple est une saison propice à la joie ou du moins à la bonne humeur. A l’agacement parfois avec ces températures caniculaires mais rarement à la mélancolie. Si à cela on y ajoute l’attente – en l’occurrence ici trois années – qui alimente l’espoir proportionnellement au temps qui passe, sommes-nous toujours condamnés à être déçus ?

C’est la question que l’on peut se poser à l’écoute du dernier album de Beach House. On se dit que l’annonce (le 26 mai dernier) de l’arrivée d’un nouvel opus pour la fin de l’été et la publication au début du mois de juillet de trois extraits n’étaient peut-être pas le meilleur moment de l’année pour sortir un nouvel album.

Heureusement, la mélancolie ne nous abandonne jamais vraiment. Même à la saison chaude, elle sait nous surprendre. Si en parcourant ces lignes vous êtes d’humeur joyeuse, je vous déconseille l’écoute de Depression Cherry. Vous risqueriez de passer complètement à côté. Mieux vaut attendre que le spleen s’installe en vous.

Car une fois au rendez-vous, le cinquième album de Victoria Legrand et Alex Scally tient toutes ses promesses. On décolle littéralement avec Space Song ou Behind Love, des titres aussi aériens et épurés que ceux du dernier album – Bloom – sorti en 2012

Même si on n’atteint pas encore la perfection du troisième album – Teen Dream – ou de On The Sea, le duo américain parvient à nous proposer avec Depression Cherry et ses neuf chansons plus mélancoliques les unes les autres une jolie invitation au rêve et à l’apaisement. L’album est à écouter en intégralité ci-dessous :

Partager la chronique

Laisser un commentaire