Livres

« Le Loup des steppes » de Hermann Hesse

hesse

Parce qu’il se sent inadapté et étranger au monde dans lequel il vit, Harry Haller s’est persuadé depuis plusieurs années que sa nature profonde est d’être comme celle d’un loup des steppes, profondément solitaire. Dans une ville européenne dont nous ne connaîtrons jamais le nom, il est venu s’y installer pour entreprendre la rédaction de travaux littéraires. Mais seul dans cette ville qui lui paraît inhospitalière, révolté contre son milieu social bourgeois dont il apprécie pourtant son confort et sa tranquillité, tout lui semble vain et absurde. Jour après jour, Harry Haller sombre dans une grave crise identitaire qui l’amène inéluctablement à flirter avec l’idée du suicide. Seule sa rencontre avec une péripatéticienne prénommée Hermine semble alors lui offrir une possibilité inespérée de pouvoir réconcilier son esprit névrotique avec son désir de sensualité.

Publié et salué par la critique dès sa parution en 1927, Le Loup des steppes est un roman initiatique de Hermann Hesse devenu au fil des années (particulièrement depuis les années 60-70) une oeuvre majeure de la littérature du XXe siècle, non seulement parce qu’il a été victime de la censure sous le régime de l’Allemagne nazie mais surtout parce qu’il traduit encore aujourd’hui avec une acuité presque jamais égalée les symptômes d’une société moderne malade et l’état psychique dans lequel se trouvent souvent nos contemporains. Quiconque a connu un épisode dépressif chronique ou passager dans son existence ne peut que se reconnaître dans les propos de ce Harry Haller.

Fidèle à un procédé d’écriture qui a fait la réputation de ses romans alliant lyrisme et spiritualité à la quête existentielle de ses personnages à l’image de Demian (1919) ou Siddhartha (1922), Hermann Hesse nous emmène avec Le Loup des steppes dans les hautes sphères de la littérature, celles qui donnent la douce sensation au moment de refermer le livre d’avoir lu une oeuvre marquante qui forge chez son lecteur une certaine manière de penser et percevoir sa propre existence.

Partager la chronique

Laisser un commentaire