Cinéma

« Le tombeau des lucioles », un film de Isao Takahata

Adaptation du roman partiellement autobiographique de Akiyuki Nosaka, Le tombeau des lucioles raconte l’histoire de deux enfants, celle de Seita (quatorze ans) et sa sœur cadette Setsuko (quatre ans), livrés à eux-mêmes au lendemain des bombardements américains qui dévastèrent la ville japonaise de Kobe durant l’été 45, à quelques semaines seulement de la capitulation du pays et de la fin de la seconde guerre mondiale.

Dans ce contexte historique singulier aussi tragique et dramatique, réaliser un film d’animation sur cette période à travers le regard de deux enfants sans sombrer dans un pathos geignard et larmoyant relève du génie. Tous les ingrédients sont ici réunis pour nous livrer une oeuvre parfaitement moraliste, bien-pensante et complètement sentimentaliste.

Pourtant, malgré ces composantes mélo-dramatiques, le réalisateur japonais et co-fondateur du célèbre studio Ghibli évite avec brio les poncifs du genre et les truismes attendus. Mieux qu’un simple film d’animation (pour enfants), Le tombeau des lucioles pourrait davantage s’inscrire dans une autre catégorie cinématographique (le documentaire) de par le réalisme de ses scènes de guerre et d’après-guerre, celles où il s’agit de survivre au quotidien et d’essayer de se reconstruire dans un environnement devenu hostile et cataclysmique.

Si Isao Takahata commence son long-métrage en installant un décor particulièrement sanglant et ravagé à travers les différentes scènes de guerre et violence qui en découlent, Le tombeau des lucioles est un film d’animation réussi grâce à sa tonalité poétique que le réalisateur japonais distille subtilement à travers quelques scènes, notamment celle qui doit au titre toute sa force. C’est là, la beauté du film à la fois tragique et mélancolique qui monte progressivement en puissance au fil des minutes. C’est là toute la nécessité du message et la réflexion qu’a voulu nous transmettre Takahata et que ce film peut nous apporter face à la folie humaine et la monstruosité d’un conflit armé.

Partager la chronique :

Laisser un commentaire