Livres

« Portugal » de Cyril Pedrosa

portugal_pedrosa

Simon Muchat est un auteur de bande dessinée en manque d’inspiration et en pleine crise existentielle. Invité à participer à un festival littéraire au Portugal, il profite de cette occasion pour s’extirper d’un quotidien monotone rythmé par les cours de dessin qu’il donne dans une école mais ne l’enchante guère et les disputes régulières avec sa petite amie Claire qui lui reproche son manque d’engagement et d’implication dans leur vie conjugale.

Là-bas, il retrouve des membres de sa famille, des odeurs et des couleurs qui lui rappellent ses souvenirs d’enfance et ses étés passés dans ce pays où tout y est plus accueillant. Là-bas, Simon espère trouver le souffle nouveau qui lui fait tellement défaut en France.

Publié en 2011 aux éditions Dupuis dans la collection Aire Libre (dont la vocation est de promouvoir des œuvres originales destinées à un public adulte), Portugal y mérite entièrement sa place. Deux ans après son escapade écolo avec Autobio ; quatre après son bouleversant Trois Ombres, Cyril Pedrosa revient avec un album plus intimiste et une histoire que l’on imagine en partie autobiographique.

Dans Portugal, il nous fait partager avec humour, sensibilité et émotion les questionnements introspectifs de ce jeune trentenaire dans une ambiance festive et colorée où la chaleur des couleurs se marie parfaitement avec la beauté de la langue lusophone. Inutile de sortir son dictionnaire pour tenter de comprendre chaque mot et chaque subtilité de la langue, le portugais est ici une agréable mélodie visuelle qui participe à l’atmosphère si singulière dans laquelle Pedrosa a souhaité nous plonger.

Entre les errances de Simon et les protagonistes qui viennent graviter autour de ce personnage, Portugal raconte avec finesse et intelligence les périodes de doute et les moments de dépression qui accompagnent cet individu dans sa quête d’identité. C’est l’histoire en somme d’une renaissance, celle d’un homme qui recherche ses racines et son passé pour essayer de mieux affronter un futur toujours incertain.

Partager la chronique

1 commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :